Maison en bois : l’hyper-efficacité énergétique a-t-elle une incidence sur le prix ?

Une maison en bois non énergivore aura, bien entendu sur la durée, un capital économique non négligeable. Si le prix peut être plus cher à l’achat, des économies substantielles seront vites visibles à l’usage.

La conception d’une maison en bois

Sans rien sacrifier en termes d’esthétique ni de qualité des matériaux, les maisons en bois BBC (bâtiment basse consommation), Le Drein Courgeon ont été pensées par les architectes et le bureau d’étude de manière à ce que la rationalisation de la conception soit optimisée. Cette appétence au design s’impose aujourd’hui comme la réponse à apporter aux nouvelles aspirations des consommateurs.
Pour limiter les besoins énergétiques des bâtiments, il convient de prendre en compte l’orientation générale de la maison à ossature bois. On augmente tout d’abord les surfaces vitrées en façade sud pour récupérer la chaleur et la lumière solaire en hiver. Il conviendra bien entendu d’installer des protections pour limiter ces apports de chaleur en été. On réserve les façades nord aux surfaces de la maison qui ne sont pas des espaces dits « de pièces de vie » pour les consacrer au garage ou à la buanderie par exemple, Cela permet aussi de concentrer l’utilisation du chauffage dans les parties communes.
On a pour habitude maintenant de consacrer la surface vitrée totale d’une maison à environ 1/6 de la surface de plancher. Ces éléments constituent les principaux moyens à mettre en œuvre pour améliorer l’efficience énergétique des bâtiments. : Le bois est enfin un matériau très isolant qui se combine avec d’autres isolants thermiques performants. Une maison en bois bien conçue permettra d’augmenter le confort tout en réduisant la facture énergétique grâce à ses qualités indéniables en termes d’isolation. Une étude en amont permet donc d’obtenir un très bon rapport qualité/prix.

Maison à ossature bois, une dimension bioclimatique

La certification RT 2012 est une norme de Réglementation Thermique qui s’inscrit dans le bouquet de lois apparu avec le Grenelle de l’Environnement en juillet 2010. La RT 2012, appliquée depuis le 1er janvier 2013, a pour principe de base de limiter les besoins en énergie des nouvelles habitations. Elle oblige à rester en deçà d’un plafond maximal de consommation de 50 kWh d’énergie primaire par mètre carré. Ces mesures mises en place permettent aux particuliers de réduire fortement les charges fixes liées à leur logement. La consommation en énergie d’une habitation conforme à la norme peut être divisée par trois sans nuire pour autant au confort d’usage tout au long de l’année. Les maisons sont à présent soumises à une exigence d’étanchéité à l’air. Ces habitations doivent en outre produire l’eau chaude sanitaire produit essentiellement à partir d’énergies renouvelables. Le but visé étant qu’elles deviennent autonomes sur ce point.

955cb9bacb51392fcd9dbdd28a682adcmmmmmmmmm